Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

26/09/2016 Communiqués de presse

26 septembre : journée mondiale de la contraception

Le 26 septembre a été désignée journée mondiale de la contraception. Son but est d’informer et de sensibiliser le grand public sur les sujets tels que les différentes méthodes de contraception existantes, le choix juste de contraceptif, les risques liés aux rapports sexuels non-protégés, les Interruptions volontaires de grossesse (IVG) et les Infections sexuellement transmissibles (IST). C’est également l’occasion de rappeler les compétences des sages-femmes en matière de contraception et d’IVG médicamenteuse.

Les sages-femmes ont un rôle très étendu. Outre le diagnostic et le suivi de grossesse, la préparation à la naissance, l’accouchement et le suivi postnatal, les sages-femmes peuvent également assurer des consultations de sevrage tabacologique, prescrire et pratiquer les vaccinations, ou encore assurer le suivi gynécologique de prévention et prescrire la contraception chez la femme en bonne santé.

Les sages-femmes au service des femmes et de leur contraception

Depuis la loi HSPT du 21 juillet 2009, les sages-femmes peuvent assurer les consultations de suivi gynécologie de prévention et de contraception auprès des femmes en bonne santé, tout au long de leur vie.

Les sages-femmes pratiquent un examen clinique complet (général et gynécologique) et tous les actes nécessaires au suivi. Elles réalisent également les frottis cervico-vaginaux de dépistage et peuvent prescrire tous les examens complémentaires utiles au bon suivi de la patiente. Elles peuvent aussi pratiquer des échographies gynécologiques de surveillance et de dépistage. En cas de pathologie, les sages-femmes sont tenues d’adresser les patientes à un médecin.

Les sages-femmes peuvent proposer différentes méthodes contraceptives et prescrire l’ensemble des moyens contraceptifs, à savoir :
– les contraceptifs locaux et hormonaux,
– les contraceptifs intra utérins, les diaphragmes et les capes,
– les contraceptifs d’urgence.

Elles peuvent effectuer :
– la pose, la surveillance et le retrait du diaphragme ou de la cape,
– l’insertion, la surveillance et le retrait de contraceptifs intra-utérins,
– le pose et le retrait des implants.

Les sages-femmes peuvent prescrire, délivrer et administrer des contraceptifs auprès de patientes mineures en dehors de tout recueil obligatoire, au préalable, du consentement des titulaires de l’autorité parentale.

Par ailleurs, la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 a élargi les compétences des sages-femmes : elles peuvent désormais réaliser des IVG par voie médicamenteuse.

Les sages-femmes peuvent également procéder à la vaccination contre le papillomavirus humain.

Un numéro vert et un site dédiés

Un numéro national anonyme et gratuit est mis à disposition du public le lundi de 9h à 22h et du mardi au samedi de 9h à 20h : le 0 800 08 11 11 permet de répondre à toutes les demandes d’information, de conseil, de soutien et d’orientation en matière d’IVG, mais aussi de sexualité et de contraception. Ce numéro, confié au Mouvement français du planning familial, garantit des informations neutres et objectives sur les droits sexuels et reproductifs des femmes. De même, le site internet www.choisirsacontraception.fr de Santé publique France délivre des informations sur les nombreux modes de contraception existant.

« 6 bonnes raisons de consulter une sage-femme »

En juin dernier, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a lancé une campagne d’information nationale sur le rôle et les compétences des sages-femmes. Des outils de communication pratiques et pédagogiques ont ainsi été développés en étroite collaboration avec le Conseil national de l’Ordre des sages-femmes et les instances représentant la profession, autour d’une accroche originale : « 6 bonnes raisons de consulter une sage-femme ». Retrouvez la campagne et ses outils sur ce lien.