Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

03/10/2017 Informations professionnelles

Syndrome du bébé secoué, maltraitance chez l’enfant : la HAS actualise ses recommandations

La Haute Autorité de Santé et la Société et la Société Française de Médecine physique et de Réadaptation ont élaboré conjointement l’actualisation des recommandations de la commission d’audition de 2011 sur le thème du syndrome du bébé secoué. Cette recommandation de bonne pratique précise la démarche diagnostique (repérage, conduites à tenir, lésions observées, bilan clinique et para-clinique, diagnostics différentiels, critères diagnostiques), le mécanisme causal et la datation des lésions, ainsi que les aspects juridiques lorsque le diagnostic est évoqué ou posé.

Le syndrome du bébé secoué (SBS) est un sous-ensemble des traumatismes crâniens infligés ou traumatismes crâniens non accidentels (TCNA), dans lequel c’est le secouement, seul ou associé à un impact, qui provoque le traumatisme crânio-cérébral. Les secousses en cause sont toujours violentes, produites le plus souvent par une saisie manuelle du thorax du bébé sous les aisselles. Les décélérations brutales antéro-postérieures de la tête sont responsables d’un ballottement du cerveau dans la boîte crânienne et de l’arrachement des veines ponts situées à la convexité. Il survient la plupart du temps chez un nourrisson de moins de 1 an et dans 2/3 des cas de moins de 6 mois.

Chaque année, plusieurs centaines d’enfants sont victimes, en France, de cette forme de maltraitance. Une notion récente est la répétition des épisodes de secouement dans la majorité des cas. La méconnaissance du diagnostic est fréquente et expose au risque de récidive et donc de séquelles sévères persistantes ou de décès. Le coût humain et financier de ce syndrome est considérable.

Par ailleurs, la HAS a procédé à la mise à jour de la fiche mémo relative à la maltraitance chez l’enfant. Cette fiche concerne les enfants maltraités et ceux en risque de l’être. Cette fiche s’adresse à l’ensemble des professionnels de santé en mesure d’observer cliniquement l’enfant : médecins généralistes, pédiatres, psychiatres ; médecins et puéricultrices de PMI ; médecins et infirmières scolaires ; médecins et paramédicaux hospitaliers ; sages-femmes ; médecins et paramédicaux des structures d’accueil de la petite enfance, et des services médico-sociaux.

Fiche memo maltraitance enfant (application/pdf)