Stratégie de priorisation de la vaccination contre la grippe saisonnière

Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

13/10/2020 Informations générales

Stratégie de priorisation de la vaccination contre la grippe saisonnière

La campagne de vaccination annuelle contre la grippe s’ouvre aujourd’hui, le 13 octobre, dans le contexte de crise sanitaire lié à la Covid-19. L’incertitude demeure quant à une double circulation virale de haut niveau et une éventuelle demande accrue en vaccination de la part de la population, y compris par les personnes non ciblées par les recommandations relatives à la vaccination antigrippale.

La vaccination contre la grippe revêt cette saison une importance particulière pour la protection des personnes à risque de développer des formes graves de la grippe et celles des professionnels de santé. Dans son avis du 20 mai 2020, la Haute Autorité de santé (HAS) insiste sur la nécessité de vacciner en priorité les personnes éligibles à la vaccination, telles que ciblées dans le calendrier des vaccinations 2020 qui sont également celles à risque d’infection grave à la Covid-19, soit :

• les personnes âgées de 65 ans et plus ;
• les personnes de moins de 65 ans souffrant de certaines maladies chroniques ;
les femmes enceintes ;
• les personnes souffrant d’obésité (indice de masse corporel (IMC) supérieur ou égal à 40) ;
• l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave et des personnes immunodéprimées ;
les professionnels de santé et les professionnels en contact avec des sujets à risque de grippe grave.

La stratégie de prévention de la grippe repose sur 2 piliers :

pour tous : la prévention de la grippe passe par l’adoption des gestes barrières qui permettent de limiter la contamination et la dissémination des virus ;
pour les personnes à risque, la vaccination est essentielle.

La stratégie de prévention de la grippe repose sur 2 piliers

pour tous : la prévention de la grippe passe par l’adoption des gestes barrières qui permettent de limiter la contamination et la dissémination des virus ;
pour les personnes à risque, la vaccination est essentielle.

EN PRATIQUE : pendant les 2 premiers mois de campagne le ministère de la Santé appelle à vacciner prioritairement les personnes ciblées par les recommandations. L’objectif est d’améliorer leur couverture vaccinale.

Afin d’accompagner les professionnels dans le déploiement de cette stratégie, un argumentaire a été élaboré afin de répondre aux personnes non ciblées par les recommandations vaccinales qui souhaiterait se faire prescrire ou délivrer un vaccin ou se faire vacciner dès le début de la campagne :

– Préciser que les complications de la grippe surviennent surtout chez des personnes à risque qui sont les mêmes pour la COVID-19 et qu’il convient donc de les protéger en priorité d’une double infection.

– Informer sur les recommandations émises le 20 mai par la HAS qui estime « nécessaire de veiller à ce que les doses de vaccins disponibles couvrent en priorité la population ciblée dans une perspective de couverture vaccinale optimale ». Préciser qu’en conséquence ces personnes ciblées par les recommandations doivent être vaccinées dans le premier temps de la campagne.

– Rappeler que la vaccination est possible jusqu’à fin janvier voire fin février et inviter les personnes hors cibles à reporter leur demande de vaccination.

– Rappeler que la vaccination antigrippale ne protège pas contre la COVID-19.

– Rappeler l’efficacité et la nécessité de mettre en œuvre les mesures barrières contre l’ensemble des infections virales de l’hiver dont la grippe et la COVID-19.

– Inviter à reprendre contact en cas de question.

– Renvoyer pour plus d’information sur le site du ministère chargé de la Santé, de l’Assurance Maladie ou de vaccination info-service.

Rappelons enfin que la couverture vaccinale du personnel soignant contre la grippe demeure insuffisante. Lors de la saison 2018-2019, seulement 35% des professionnels exerçant dans les établissements de santé étaient vaccinés(1) (67%, pour les médecins, 48% pour les sages-femmes, 36% pour les infirmiers et 21% pour les aides-soignants). Pourtant, le risque d’infection grippale est plus élevé chez les soignants et ceux-ci peuvent être une source de contamination.

(1) Santé Publique France. Couverture vaccinale antigrippale chez les professionnels de santé