Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

19/07/2018 Informations générales

Publication du dernier rapport de l’ONVS

L’observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) est une instance gouvernementale qui élabore et diffuse des outils et des bonnes pratiques afin de prévenir les actes de violence. Depuis 2005, l’ONVS recueille les signalements de faits de violence commis en milieu de santé contre les personnes et les biens. Dans son dernier rapport, basé sur les données de 2017, l’ONVS insiste notamment sur les incivilités qui peuvent lourdement peser sur les professionnels de santé.

Le dernier rapport de l’ONVS répertorie les signalements effectués par les établissements de santé et les établissements sociaux et médico-sociaux du public et du privé sur la base du volontariat. Ainsi, en 2017, 446 établissements ont déclaré 22 048 signalements, contre 360 établissements et 17 596 signalements en 2016. Les auteurs soulignent que les chiffres de ce rapport doivent cependant être analysés avec circonspection car, « n’étant pas exhaustifs, ils ne reflètent qu’une tendance ». Pour autant, ils sont révélateurs des divers types de violences, d’incivilités et d’atteintes aux biens qu’on peut retrouver dans les établissements en fonction des services et lieux où ils sont commis.

Dans cette édition, près de 200 verbatims ont été retranscrits afin de révéler « l’ambiance violente telle qu’elle peut s’exprimer dans les établissements, et la manière dont elle est ressentie par ceux qui la subissent ou la constatent ». L’ONVS insiste sur l’importance de répertorier l’ensemble des violences, que ce soient les atteintes aux personnes et aux biens les plus graves, mais également les incivilités qui pourraient être considérées comme mineures mais ne le sont pas. Les auteurs estiment ainsi que « [les incivilités] sont une véritable nuisance sociale qui gangrène les règles élémentaires de la vie en société et, de façon insidieuse, portent gravement atteinte à la qualité de la vie au travail. (…) Par répercussion, elles portent également atteinte à la qualité des soins dispensés. (…) L’empathie naturelle des personnels de santé ne doit pas aboutir à accepter l’inacceptable. »

Les auteurs estiment également qu’il est fondamental pour le personnel de santé de savoir « quelle relation d’autorité (quel niveau de fermeté) il doit instaurer avec le patient et/ou l’accompagnant et sous quelle forme la mieux appropriée afin d’entretenir une relation équilibrée nécessaire à la dispensation des soins. »

Dans sa conclusion, l’ONVS insiste sur l’intérêt et la nécessité de mettre en place des formations pratiques pour gérer les situations de tensions verbales et d’agression physique, mais aussi pour apprendre à mieux communiquer auprès des patients et des accompagnants. Les auteurs soulignent enfin que lorsque la violence atteint des niveaux susceptibles de poursuites pénales (menaces, outrages, violences volontaires, etc.), les victimes doivent déposer plainte.

Lien vers le site : http://solidarites-sante.gouv.fr/professionnels/ameliorer-les-conditions-d-exercice/observatoire-national-des-violences-en-milieu-de-sante/onvs