Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

20/03/2017 Informations professionnelles

ONDPS : publication d’un ouvrage sur les sages-femmes

L’Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS) vient de publier un ouvrage sur la profession intitulé « Les sages-femmes, une profession en mutation ».

Ayant constaté la forte augmentation des effectifs de la profession (+ 70% en 20 ans) et la restructuration de celle-ci avec plus d’un quart des sages-femmes exerçant désormais en libéral, l’ONDPS a décidé d’analyser la pratique actuelle afin d’appréhender ce qu’elle pourrait être dans le futur.

L’ONDPS, la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés, le Laboratoire d’études et de recherche en sociologie de Brest, l’Union Régionale des Professionnels de Santé d’Ile-de-France, l’Agence Régionale d’Ile-de-France ainsi que le CNOSF ont été sollicités afin d’apporter leur contribution à cet ouvrage afin d’évoquer la démographie, l’élargissement des compétences ou encore les nouveaux modes d’organisation.

Le CNOSF a participé à cette publication à travers les chapitres « Le marché du travail des sages-femmes : transition ou déséquilibre ? » et « Les maisons de naissance : Offrir une alternative à la prise en charge des grossesses et des accouchements par les sages-femmes ».

L’ONDPS estime que les points de vue de ces différents contributeurs ont souvent été convergents et « conduisent tous à mettre en évidence le fait que la profession de sage-femme se trouve à l’aube d’une mutation très importante qu’il convient d’accompagner concrètement et de réguler dès à présent, faute de quoi se développeront les conséquences néfastes d’une offre de soins libérale excédentaire : concurrence, course au volume d’actes, dégradation de la qualité des prises en charge et de la qualité des emplois en temps de travail et en revenu. »

Aussi, cette publication corrobore l’étude du Conseil national de l’Ordre des sages-femmes selon laquelle le rythme de croissance de l’effectif des sages-femmes doit nécessairement être réduit , notamment par un ajustement du numerus clausus.